La faim et l’indécision

Je déteste, non, je ne supporte pas, attendre. Enfin, surtout attendre quand j’ai faim. Avoir le ventre vide et ne pas pouvoir le remplir tout de suite m’irrite énormément.

«Et bien, si on a faim il faut manger! me lançerez-vous.
-HA-HA-HA.» Vous répondrai-je.

Voilà tout le problème!
avec mes collègues, on aime bien manger tous ensemble. C’est quand même plus sympa que de casser la croûte seul dans son coin. Mais bizarrement, on dirait qu’à l’agence où je travaille, le chemin du flux nerveux au cerveau qui est censé faire sonner l’alarme “ FAIM,MANGER,POULET,GIGOT” doit être en travaux ou encombré de je ne sais quoi. Parce que dans les bons jours, il faut compter une bonne heure avant d’ apercevoir
l’ombre d’un ragoût.

Peut-être aussi que, puisque tout le monde vient de pays différents on assiste à un conflit de moeurs alimentaires mélangées qui retarde l’action “d’aller manger”. Bon allez, j’exagère, des fois ça prend juste une demi-heure. Dans ce cas je tiens, mais sinon, je mange seule parce que ça m’énèrve.

attendre1attendre2attendre3attendre4attendre5attendre6attendreblablaattendreupdattendre8attendre9

*J’ai oublié de vous dire qu’on parlait anglais

attendre10attendre11attendre12attendre13

One thought on “La faim et l’indécision

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s