Voilà

Ma vie est réussie:
J’AI UN PAPIER.

papier1

Papier d’un métier qui impressionne les gens avec des gros muscles…

papier2

…et qui permet de sauver des vies.

papier3

Puisque c’est un des papier qui pèse tellement lourd…

papier4

Pendant un moment j’avoue que je me suis sentie…

papier5

Alors quand on me demande…

papier6

je réponds d’un ton imperturbable

papier7

papier8

à ce moment je fais un rire méprisant un peu comme ça:

papier9

Alors qu’au fond je vais vous dire un secret, bien sûr que j’ai la trouille.
Parce que s’il suffisait d’avoir un papier pour trouver du travail ça se saurait.
Mais bon quand j’avais environ 12 ans, j’ai rencontré un dessinateur de BD qui n’avait
pas fait d’école de dessin, rien, et qui m’avait expliqué que pour réussir à vivre de son art,
il se privait de tout et ne mangeait que des cervelas.

papier10

Son image est resté gravée dans ma mémoire comme celle d’un héros.

L’enlèvement des Sabines

Sabines

Dans mon travail, j’apprends plein de truc. Aujourd’hui j’en ai appris un que j’aimerais partager avec vous.

L’enlèvement des Sabines
Peu après la fondation de Rome au cours du VIIIe siècle avant J.-C., Romulus et ses copains cherchent
des nanas pour fonder leur famille. Ça tombe bien parce que leurs voisins les Sabins, en ont des pas mal. Malheureusement, même après de longues discussions, pas moyens d’en négocier quelques-unes.
Les Romains, pas très contents, décident alors de leurs tendre un piège pour leur apprendre qui c’est les plus forts. Ils organisent une méga fête en l’honneur de Neptune et invitent tous leurs voisins, dont les Sabins et leurs femmes. Pendant la cérémonie, au signal de Romulus, le romains enlèvent les Sabines et cassent la gueule à leurs maris. Une fois kidnappées et bien attachées, les Romains supplient les femmes de devenir leurs épouses. Selon Tite-Live, historien de la Rome Antique qui a écrit L’Histoire de Rome depuis sa fondation, les Sabines n’ont subis aucun abus sexuels. Romulus leurs à simplement parlé à chacune en leur expliquant que si il y a eu des violences c’est de la faute de leurs maris et qui si elles veulent que tout se passe bien, elle ferait mieux de se la fermer et d’obéir.

Voilà, c’était la leçon d’histoire du jour.

Un mois plus tard…

Le 7 janvier 2015, un attentat terroriste à la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo
fait 11 blessés et 12 tués dont 8 inconnus du grand public, et 4 dessinateurs connus.

Charlie1

Il ne faut pas moins de quelques minutes pour que l’information
défraye la chronique et monopolise les réseaux sociaux.

Charlie2

En 2 heures, d’importants rassemblements sont organisés dans plusieurs villes. Des milliers de personnes
se rassemblent par solidarité. Avoir déjà lu ou non ce journal peu importe, on est Charlie ou on ne l’est pas.

Charlie4

Quatre jours plus tard, des millions de personnes marchent ensemble derrière quelques-uns
des plus haut dirigeants du monde. Parmis eux, le président français dont le régime finançait
jusqu’à maintenant les djihadistes syriens pour renverser le gouvernement de Bachar El-Assad. Charlie5
Benjamin Nethanyahou, premier ministre Israélien, actuellement accusé de crime de guerre
par la convention des droits de l’homme pour avoir tué volontairement environ 2000 civils
lors de l’opération bordure protectrice à Gaza.

Charlie6
Ou encore, l’Arabie Saoudite, pays où celui qui exprime une opinion différente
de la doctrine islamiste est passible de peine de mort.

Charlie7

Entre ceux qui ont revu leur définition de liberté exprès pour l’occasion et ceux qui sont directement responsables de la montée du terroriste dans le monde arabo-musulman, on ne sait pas trop où donner
de la tête. Mais ça ne fait rien, on marche, le cœur gonflé contre la barbarie et pour la liberté d’expression. Passé cette petite larme et de retour dans leur pays, les mêmes dirigeants (sauf exception) condamnent sévèrement le journal. Ils en interdisent la publication sur leur territoire car il est soudainement devenu outrageant et blasphémateur.

Charlie8

D’un côté on veut brûler des mosquées…

Charlie9

…et de l’autre on veut brûler la France.

Charlie10

 Les jours passent et le scoop laisse place à d’autres informations. Le gouvernement va dépenser plus d‘argent dans la défense. A Bruxelles on se réunit pour prendre des mesures anti-terroristes. Bref, tout le monde est terrorisé et François Hollande a spectaculairement fait remonter sa cote.
On arrête aussi Dieudonné parce qu’il a donné son avis un peu trop fort…

Charlie11

 …et on naturalise l’employé musulman qui a sauvé des otages de la fusillade.

Charlie12
C’est vrai qu’on a pas tous l’occasion de sauver des vies pour devenir français.
Enfin… pendant ce temps-là, Boko Haram rase 16 villages au Nigeria faisant des milliers de morts.
Mais bon, ça, c’est accessoire.

Charlie3
Le mercredi suivant, 5 millions de Charlie Hebdo sont écoulés et c’est la rupture de stock.

Charlie13

 Décidément, c’est le meilleur blockbuster français depuis la révolution!

Charlie14

 Dix jours plus tard, le sujet est devenu un peu redondant, et comme le sang ça va un moment,
on reparle d’argent. La Banque Nationale Suisse a abandonné son taux plancher, ça défraie la chronique.

Charlie15

 Charlie, un vrai feu de paille qui laisse des traces d’incendie…
Ça fait un mois que j’essaie de me faire pousser la barbe pour me la gratter
et essayer de comprendre la situation, mais ça ne marche pas.

Charlie16

En fait, dans tout ce magma hystérique médiatique,
On a pas vraiment eu le temps de se demander:

POURQUOI?

 Pourquoi, si on est 3 millions à se réunir pour ça, ne se réunit-on pas pour manifester et soutenir
d’autres victimes dans le monde? Pourquoi les terroristes font des attentats? Pourquoi les Occidentaux interviennent-ils dans ces conflits au Moyen-Orient? C’est quoi la différence entre liberté d’expression et provocation? C’est quoi la liberté? Est-ce qu’on peut être libre dans notre système? Est-ce qu’on peut être libre en société?

La suite, dans un prochain article!